Bourse étudiante de la Fondation Suisse

Construire son avenir

Depuis de nombreuses années la SHB offre une bourse à un(e) étudiant(e) suisse résidant au Pavillon suisse de la Cité Universitaire de Paris (CIUP).

Ces bourses sont destinées à payer le loyer d’étudiants en master 2 ou doctorat, ayant de petits moyens et devant travailler pour pouvoir suivre leur cursus universitaire. La bourse de la SHB leur permet de se consacrer pleinement à leurs études.

Les candidats envoient une lettre de motivation à la directrice du Pavillon suisse, elle en discute avec la présidente de la SHB et le choix final est effectué par le Conseil d’Administration.

BOURSES 2019

Le 24 octobre 2019 nous avons remis les bourses SHB à deux étudiants du Pavillon Suisse de la Cité Universitaire.

Stéphanie Gonvers est étudiante en médecine. Elle poursuit ses études au sein de l’Université Pierre et Marie Curie et effectue actuellement un stage en chirurgie générale. Ce stage s’ajoutera à d’autres déjà réalisés à Lausanne et à Bucarest (chirurgie cardio-vasculaire, gynécologie, transfusion sanguine, psychiatrie) et complétera sa formation professionnelle. Stéphanie rêve d’une carrière de chirugienne depuis ses jeunes années.
Tournée vers la bienfaisance, elle a passé plusieurs été en tant que médecin bénévole dans les hôpitaux de Bucarest.

Lettre de remerciement de Stéphanie Gonvers après son année à Paris :
Par la présente, je souhaite vous remercier pour la bourse d’étude octroyée en début de l’année
universitaire précédente.
Aujourd’hui de retour en Suisse, j’ai réalisé ma 4ème année de médecine en échange à l’Université de
la Sorbonne aussi connue sous le nom de Pierre et Marie Curie. J’ai ainsi eu la chance de résider à
la Fondation Suisse et de bénéficier de votre précieux soutien tout au long de mon séjour parisien.
Cette année fut une expérience inoubliable. Mon premier stage fut la chirurgie générale à la Pitié Salpêtrière.
Les gardes de 24h, les incroyables opérations, les improbables diagnostics : cela n’a fait que renforcer
mon souhait de poursuivre une carrière chirurgicale. Mon second stage, en réanimation médicale,
commença au début du mois de janvier. De ce fait, j’ai non seulement été témoin mais surtout pris part
à l’effort collectif engendré par la pandémie. Je fus ainsi, quotidiennement et jusqu’à la fin du mois d’avril,
au chevet de patients en état grave atteints du virus. Cela restera une expérience clinique mais aussi de vie inoubliable. Finalement, mon année s’acheva avec un mois de stage en Gynécologie/Obstétrique.
Globalement, ce fut un séjour incroyablement enrichissant, d’un point de vue professionnel mais
bien évidemment aussi culturellement. J’ai eu l’occasion de suivre des cours de danse classique que
je pratique depuis maintenant 18 ans et de profiter d’une panoplie de spectacles, du moins avant la
grève et l’arrivée du virus… Sans mentionner la Fondation ou j’ai résidé, magnifique lieu ou
étudiants de tous horizons apprennent à se connaître tant d’un point de vue humain que
gastronomique.
Ainsi, je vous remercie d’avoir été un indubitable pilier au fructueux déroulement de mon année
d’échange à Paris.

Luis Tschumperlin fait un double diplôme entre l’Université de Saint-Gall – où il a obtenu son Bachelor en Affaires internationales – et Sciences Po. Il poursuit ses études en affaires internationales et politiques en vue d’un doctorat. Il a financé lui-même une grande partie de ses études et est soulagé de savoir sa chambre payée et de ne pas avoir à chercher un travail à temps partiel.
Bénévole au sein du YMCA depuis 2010, il s’occupe d’un groupe d’adolescents durant des camps de vacances.

Lettre de Luis Tschumperlin après son séjour à Paris :

Je vous remercie sincèrement pour votre soutien généreux et inconditionnel. Vous m’avez permis de
passer une année inoubliable à Sciences Po Paris, aussi bien en termes d’expérience scolaire que
d’expérience culturelle. Les manifestations prolongées en hiver ont particulièrement ouvert une
perspective directe sur le discours politique en France, enrichissant et complétant ainsi mes études
politiques. (Les trois heures de marche à pied quotidiennes m’ont d’ailleurs permis de rester en forme)
Cette année scolaire s’est malheureusement terminée brusquement avec l’arrivée du coronavirus. Et
c’est avec le cœur lourd que moi et mes amis suisses avons dû regagner la Suisse. Encore une fois, je
suis extrêmement reconnaissant pour la bourse de la SHB, qui m’a aidé à couvrir des coûts imprévus.
En outre, je suis fier d’avoir déjà pu rendre une petite faveur pour le bien commun à travers mon
service militaire en tant que soldat sanitaire. Pendant quelques semaines en été, nous avons assuré le
maintien de la santé et de l’hygiène dans les écoles de recrues.
Je suis convaincu que votre bienfaisance a de grands effets, non seulement immédiats, mais aussi dans
l’avenir, lorsque j’aurai l’occasion de rendre la pareille à la société. Avec cela je vous remercie encore
une fois cordialement.

Le sourire des deux lauréats à la lecture de la lettre leur annonçant la bourse

Les lauréats avec la Présidente de la SHB

BOURSES 2018

En 2018, deux candidats étaient en lice et comme il était difficile de les départager, le Conseil a décidé à l’unanimité d’offrir deux bourses cette année-là.  Il s’agit de :

 

Lettre de remerciement d’Ahmad Gado, lauréat 2017

« Ignorance is the curse of God, knowledge is the wing wherewith we fly to Heaven »
William Shakespeare
*******************
Je savais que j’avais encore besoin de « voler sur ces ailes du savoir », connaître davantage, développer mon arsenal de connaissances, plutôt que d’anticiper l’immersion dans le monde du travail. C’est grâce à vous, votre don, votre contribution au développement de mon profil scientifique, que je pourrai mener cette conquête du savoir en y investissant le maximum de mon potentiel.
Après une année enrichissante à l’Université Pierre et Marie Curie, j’ai développé un intérêt particulièrement vif pour la robotique médicale. Un de mes projets professionnels étant la contribution au développement de la réalité virtuelle dans les interfaces robotiques, je me trouve de plus en plus attiré par l’idée d’employer cet outil dans le domaine du médical et de l’assistance personnelle. En effet, je ne suis pas seulement intéressé au côté technique de ces domaines-là, mais plutôt à leur impact social : ces objectifs viennent dans le cadre de ma volonté de contribuer à l’amélioration de la condition humaine en général.
En fin de compte, c’est surtout l’aspect humanitaire qui fait que je cherche à contribuer à ces domaines spécifiques. Éventuellement, je cherche à faciliter la vie des personnes dont le mouvement est limité, d’aider les patients atteints d’accidents vasculaires cérébraux de regagner un de leurs sens perdus, de développer des interfaces homme-machine qui, à travers des simulations visant à stimuler le cerveau, permettront de ralentir la détérioration de ce dernier chez les personnes atteintes d’Alzheimer. Bref, je cherche à faire une différence, et sans votre aide, cette différence aurait pu ne pas avoir lieu.
Une simple lettre comme celle-ci est loin d’être suffisante pour vous remercier de votre décision de m’attribuer la bourse de la société helvétique de bienfaisance. Je chercherai à vous prouver ma gratitude à travers tous mes travaux futurs, que ce soit en recherche, ou en entreprise. Plus tard, dans le cas où un de mes projets s’avère fructueux, vous pourrez être certains que ce succès eut lieu, en grande partie, grâce à vous.
Je vous prie, Mesdames et Messieurs, de recevoir mes salutations les plus respectueuses. 

Ahmad Gado